Wednesday, 18 October 2017   |   Wednesday, 27 Muharam 1439 H
Visiteurs en ligne : 2.581
aujourd hui : 25.521
Hier : 29.523
La semaine dernière, : 157.490
Le mois dernier : 7.753.475
Vous êtes le visiteur numéro 103.482.595
Sejak 01 Muharam 1428
( 20 Januari 2007 )
IMAGE GALLERY
AGENDA
  • No data available

 

Malay history

Batu Bersurat de Terengganu


a. Histoire

L‘usage de la langue malaise préclassique [1] peut être tracé par ses stèles. Les batu bersurat ‘stèles gravées d‘une inscription‘. Presque toutes les stèles qui caractérisent la période préclassique ne sont pas gravées en langue malaise mais en Arabe. Le Batu Bersurat de Terengganu est l‘une des stèles utilisant la langue malaise et le système d‘écriture Jawi.

Elle a été découverte à la rive de la rivière Teresat, Terengganu en 1887. Puis elle a été transportée vers une mosquée Tok Rashid ensuite posée dans une autre mosquée, Kampung Buluh, comme la pierre de soutien de jambes lors de l‘ablution rituelle avant la prière. En 1902, après avoir vu cette stèle à la mosquée Kampung Buluh, un dignitaire du sultanat de Terengganu, Pengiran Anum Engku Abdul Kadir bin Engku Besar l‘a présentée auprès du sultan Zainal Abidin III.

La date marquée sur le Batu Bersurat de Terengganu est vendredi 4 rajab 702 de l‘Hégire ou en calendrier chrétien 22 février 1303. La stèle ayant quatre côtés est plein d‘inscriptions. La langue utilisée ne reflète pas l‘usage de deux langues différentes mais montre une langue influencée de trois langues ; le sanskrit, le javanais et l‘arabe.

L‘autre stèle gravée d‘inscriptions qui est plus vieille que le Batu Bersurat de Terengganu avait été découverte. Elle appartient à la tombe du sultan d‘Aceh, Malik as-Saleh (datée de 1297 après J. -C). Néanmoins, elle est différent que celle de Terengganu parce qu‘elle avait été écrite en langue et écriture arabe. Les autres stèles découvertes en archipel telles que la stèle Champa (datée de 431 de l‘Hégire/1039 après J. –C), la stèle Makhdarah découverte à Brunei (datée de 440/1048) et celle de Fatimah (Asimah) découverte à Gresik (datée de 495/1082 après J. –C) avaient, elles aussi, été écrites en arabe.  

L‘autre stèle qui est apparentée de celle de Terengganu est la Batu Bersurat Sungai Udang datée de 1385 (en calendrier hindou) ou (1463/1464 après J. -C). L‘inscription a été gravée en ancien malais et en écriture kawi et en vieux jawi. Le système d‘écriture et la langue arabe sont les critères pour limiter la période de la langue malaise préclassique. Tandis que le Batu Bersurat de Terengganu et la stèle de Sungai Udang sont considérés comme le point de départ de la période de la langue malaise classique.

b. Translittération


Source:
http://mcp.anu.edu.au/N/SK/0.html

La translittération de la face A (devant)

  1. Rasul Allah dengan orang yang... (bagi) mereka...
  2. Esa pada Dewata Mulia Raya beri hamba meneguhkan agama Islam
  3. dengan benar bicara derma meraksa bagi sakalian hamba Dewata Mulia raya
  4. di benuaku ini (penentu) agama rasulullah sall‘allallahu ‘alaihi wasallama raja
  5. mandalika yang benar bicara setelah Dewata Mulia raya di dalam
  6. bebumi. Penentua itu fardzu pada sakalian Raja mandalika Islam
  7. menurut sa-titah Dewata Mulia Raya dengan benar
  8. bicara berbajiki benua penentua itu maka titah Seri Paduka
  9. Tuhan mendudukkan tamra ini di benua Terengganu di pertama ada.
  10. Jama‘at di bulan Rejab di tahun sarathan di sasanakala.
  11. Baginda Rasul Allah telah lalu tujuh ratus dua.


Source: http://mcp.anu.edu.au/N/SK/0.html

La translittération de la face B (derrière)

  1. keluarga di benua jauh... kan...ul
  2. (datang) berikan. Keemp (-at derma barang) orang berpi-hutang
  3. jangan mengambil ke... (a)mbil bilangkan emas
  4. kelima derma barang orang... (mer)deka
  5. jangan mengambil (tugal buat) temasnya
  6. jika ia ambil bilangkan emas. Keenam derma barang
  7. orang berbuat balacara laki-laki perempuan sa-(titah)
  8. Dewata Mulia raya jiak merdekabujan palu
  9. sa-ratus rautan. Jika merdeka beristeri
  10. atawa perempuan bersuami ditanam binggan
  11. pinggang di bembalang dengan batu matikan
  12. jika inkar ba(lacara) bembalang jika anak mandalika


Source: http://mcp.anu.edu.au/N/SK/0.html

La translittération de la face C (côté droite)

  1. bujan dandanya sapuluh tengah (tiga) jika ia...
  2. menteru bujan dandanya tujuh tahil sa-pa(ha...
  3. tengah tiga. Jika (tetua) bujan dandanya lima ta)hil...
  4. tujuh tahil sa-paha masuk bendara. Jika o(rang...
  5. merdeka. Ketujuh derma barang perempuan hendak...
  6. tida dapat bersuami jika ia berbuat balacara


Source: http://mcp.anu.edu.au/N/SK/0.html

Translittération de la face D (côté gauche)

  1. ... tida benar dandanya sa-tahil sa-paha. Kesembilan derma.
  2. ... Seri Paduka Tuhan siapa tida... dandanya
  3. ... kesapulih der)ma jika anakku atawa keluarku atawa anak
  4. ... tamra ini segala isi tamra ini barang siapa tida menurut tamra ini laknat Dewata Mulia Raya
  5. ... dijadikan Dewata Mulia Raya bagi yang langgar acara tamra ini.

c. Interprétation

La Batu Bersurat Terengganu est la première preuve permettant à tracer la dernière évolution de la langue malaise préclassique parce qu‘elle utilise l‘écriture jawi et la langue malaise pour s‘exprimer. En outre, elle nous permet de savoir que la jurisprudence de l‘islam a été bien implantée dans l‘archipel malais au XIVème siècle parce que dans l‘inscription, il est écrit que les souverains doivent avoir la confiance à l‘égard de l‘islam et pratique les doctrines du prophète Mahomet.    

Le système d‘écriture jawi adopte celle de l‘arabe en subissant des modifications qui permet d‘insérer des phonèmes qui n‘existent pas en langue arabe. Le jawi couvre 29 lettres arabes plus de six lettres supplémentaires (à l‘initial, on avait ajouté que cinq lettres conformément aux lettres de la Batu Bersurat de Terengganu mais en 1986 le Dewan Bahasa dan Pustaka Malaysia ‘institut malaisien de la langue‘ en a ajouté une par le Pedoman Ejaan Jawi yang Disempurnakan ‘règle orthographique de jawi‘).

Il est impossible d‘expliquer ici la personne qui a désigné cette écriture jawi. Le dictionnaire de R. J. Wilkinson (Musa, 2006 : 8) explique qu‘en malais le mot jawi se réfère à une arbre des banians et au beras jawi ‘riz‘ qui diffère du beras pulut ‘riz glutineux‘. Il ne se rapporte ni à une vache ni à un buffle en langue de Minangkabau. Il est clair que ce mot ne fait pas rapport avec le système d‘écriture.

Osmar Awang (loc. cit. 9) explique que le mot jawi vient apparemment du mot al-Jawah dont l‘utilisation dans les notes arabes remonte au XIVème siècle. Pour nommer l‘île de Sumatra, les Arabes de l‘époque ont utilisé yaqut dans Mu‘jan al-Buldan, Abu Al-Fida‘ dans Taqwim al-Buldan et Ibn Batutah dans Rihlat Ibn Batutah. À partir de ces nominations, il est probable que la désignation de l‘écriture jawi doit aux Arabes pour exprimer le mot qu‘utilisaient les Sumatranais ou al-Jawah qui étaient musulmans et parlaient en langue malaise.

Raffles (Ibid.) a également participé dans l‘histoire de l‘étymologie du mot. D‘après le bâtisseur de Singapour, le mot jawi évoque un mot malais qui signifie kacukan ‘caractère métis‘, comme dans le mot anak jawi qui signifie un enfant qui est issu du père tamoul et de la mère malaise (qui suscite l‘apparition du mot jawi peranakan ‘jawi métis‘). Alors on peut conclure que l‘écriture jawi est un système de représentation graphique malais qui emprunte les alphabets arabes.

Ensuite, ce mot est souvent utilisé pour exprimer « malais », par exemple dans le verbe impératif jawikannya qui signifie traduis/ traduisez le/la en malais (en écriture jawi naturellement). Il paraît que le mot jawi, au sens malais, a été créé pour opposer le mot arab/parsi ‘arabe/perse‘. On avait donc l‘écriture jawi contre l‘écriture arabe/perse, la langue jawi contre la langue arabe/perse et les Jawi contre les Arabes/Perses/Turques.

Avant le XVIIème siècle, le système d‘écriture jawi était utilisé presque tout dans l‘ensemble de l‘archipel malais, à partir d‘Aceh à Sulawesi. Il y a deux raisons qui permettent d‘expliquer cette situation.

Le premier, le savoir écrire à cette époque était réservé aux secrétaires qui étaient très bien formés dans le domaine de rédaction. En plus les textes de l‘époque n‘appartenaient qu‘à la cour royale dont la rédaction nécessite le savoir écrire exceptionnel. Le deuxième, il y a une règle normalisée au terme de l‘orthographe à laquelle le secrétaire s‘attachait. Il s‘agit de l‘orthographie arabe modifiée en jawi.

À partir du XVIIème siècle, a systématisation de l‘écriture jawi initié par la Batu Bersurat de Terengganu a changé les modes de propagation de l‘islam au territoire malais pour les siècles qui suivent. À l‘initial, la propagation de l‘islam se faisait par l‘oral. Les apôtres musulmans prêchent devant le peuple, et puis ce dernier répétait ce que disent l‘apôtre comme la formule. Grâce à l‘écriture jawi, les doctrines religieuses pouvaient se répandre facilement parce qu‘elles étaient compris par les adeptes sous forme de livre, chronique et récit qui étaient facile à transporter. D‘ailleurs, l‘écriture jawi a développé la calligraphie typique du malais.  

(An. Ismanto/sej/03/06-09)

Traduit de l‘indonésien par Arya Seta (2/06-09)

Bibliographie:

  • Hashim Musa, 2006. Sejarah Perkembangan Tulisan Jawi Edisi Kedua. Selangor Darul Ehsan: Siri Lestari Bahasa
  • Mohd. Taib Osman (ed.), 1997. Islamic Civilization in the Malay World. Kuala Lumpur: Dewan Bahasa dan Pustaka
  • Noriah Mohamed, 1999. Sejarah Sosiolinguistik Bahasa Melayu Lama. Pulau Pinang: Penerbit Universiti Sains Malaysia bagi pihak Pusat Pengkajian Ilmu Kemanusiaan Pulau Pinang

Image: http://cheadilah.blogspot.com/2009_01_01_archive.html


[1] Le malais préclassique est une langue malaise du XIème auXIVème siècle, cette période se définit par la découverte du Batu Bersurat de Terengganu ‘stèles gravées d‘une inscription de Terengganu‘. Ces siècles étaient la période de transition de l‘influence indienne à l‘influence arabe. Les caractères distinctifs de la langue se trouvent par des lexies mélangeant des éléments archaïques du sanscrit et des éléments nouveaux de l‘arabe (voir. Mohamed, 1999, p. 66).

Read : 19.709 time(s).

Insert your comment here :

Please login to comment

Please login with your email and password, if you currently not registered, please register with link provided.

 Registered member please login
Email
Password